villes et régions discussions, voyages, amitiés, légendes
 
AccueilGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Sujets similaires
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Forum
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland


Forum
Juillet 2018
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     
CalendrierCalendrier
Partenaires
Forum gratuit


Tchat Blablaland


Qui est en ligne ?
Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 35 le Mer 1 Déc - 22:45
Meilleurs posteurs
Ana
 
kosettebreizh35
 
monique13
 
Molly
 
eduenne
 
D@sk
 

Partagez | 
 

 le bagad

Aller en bas 
AuteurMessage
kosettebreizh35
Admin
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 69

MessageSujet: le bagad   Dim 25 Juil - 16:24

Le bagad

Étymologie
Le mot « bagad » est l'abréviation du breton bagad ar sonerion, signifiant ensemble de sonneurs.

Le pluriel de « bagad » est « bagadoù » ; cependant, comme il s’agit d’un mot d’origine bretonne, la règle pour le pluriel diffère de celle appliquée n français. On n’écrira « bagadoù » que si le mot n’est pas précédé d’un nombre : on parlera donc de 2, 3 ou 10 bagad(s) mais, plus généralement, de bagadoù.

Historique
L’origine des bagadoù bretons est à rechercher dans les pipe-bands écossais ; en effet, ceux-ci ont voyagé dans le monde entier au côté de l’armée britannique. Cependant, la Bretagne possédant déjà le couple traditionnel bombarde – biniou-koz, la cornemuse écossaise ne s’est implantée dans la région qu’à partir du début du XXe siècle, supplantant progressivement, mais pas totalement, le binioù breton qui porte depuis le nom de binioù-kozh (vieux binioù).

Le premier bagad a été créé en 1949 par les cheminots de Carhaix ; comme les pipe-bands, il comportait un pupitre de cornemuses écossaises, un pupitre de caisses claires écossaises, une grosse caisse ainsi que, grande nouveauté dans le genre, un pupitre de bombardes bretonnes. Cette forme instrumentale est depuis considérée comme la forme traditionnelle du bagad breton, ce qui fait d’ailleurs débat ; une forme instrumentale de 60 ans peut-elle être considérée comme traditionnelle ?

Après cette initiative, une grande quantité de bagadoù ont été créés, comme le Bagad Kemper, la Kevrenn Alré et de très nombreux autres encore. La Bodadeg Ar Sonerien a rapidement été mise en place pour coordonner les bagadoù et mettre en place les premiers concours.

La forme originale du bagad a été plus ou moins modifiée selon les bagadoù : la majorité des bagadoù possèdent maintenant des toms, une ou plusieurs lombardes ou trombardes, certains utilisent djembées, congas ou autres percussions africaines.

Le répertoire s’est lui aussi élargi dans certains bagadoù qui n’hésitent pas à intégrer des musiques d’autres horizons ou des compositions plus modernes.


Le Bagad Brieg au Festival Interceltique de Lorient 2000

Championnat
Depuis longtemps déjà, les sonneurs en couple avaient l’habitude d’en découdre lors des concours régulièrement organisés en Bretagne. Dès la création des premiers bagadoù, un championnat s’est donc rapidement mis en place. Ce championnat est divisé en catégories ; actuellement, il en existe cinq, la première étant la meilleure, dans lesquelles se répartissent environ une petite centaine de bagadoù
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kosettebreizh35
Admin
avatar

Messages : 127
Date d'inscription : 12/07/2010
Age : 69

MessageSujet: Re: le bagad   Dim 25 Juil - 16:27

Les instruments du Bagad

La cornemuse

La cornemuse compte de nombreuses variétés, toutes nées du même principe :
une réserve d'air d'où s'échappent des tuyaux produisant les sons.
Toutes les cornemuses ont en commun une poche remplie d'air par le souffle
du musicien, un chalumeau (en breton levriad) percé de trous et équipé d'une
anche double de roseau et sur lequel le sonneur interprète la mélodie ; et un
ou plusieurs bourdons donnant une note unique produite par une anche de
roseau à lamelle vibrante.
En Bretagne il existe plusieurs types de cornemuses :

le biniou bras, ou pib veur, littéralement « grande cornemuse », qui est en fait
un Great Highland Bagpipe ;
le biniou kozh, littéralement « vieille cornemuse », l'une des cornemuses les
plus aiguës.

la veuze (instrument du marais breton/vendéen à anche double non pincée).
Un joueur de cornemuse s'appelle un biniaouer.




La bombarde

La bombarde fait partie d'une vaste famille d'instruments à vent, celle des
hautbois, qui a un ancêtre commun : la chalémie, elle-même originaire de
l'Espagne musulmane. C'est un instrument composé d'un tuyau percé,
évasé et équipé d'une anche double en roseau (en latin: calamus). Cette
anche, pincée par les lèvres du sonneur, donne un son mordant, riche en
harmoniques. En Bretagne, deux bombardes différentes s'imposent :
la petite bombarde en ut, répandue en Cornouaille où la vigueur des danses
exige une grande virtuosité des sonneurs, et la bombarde en la, plus commune
en Vannetais où le rythme des danses est plus sage. On rencontre également
cette association cornemuse-bombarde dans les pays méditerranéens:
en Italie du Sud et en Sicile sous la forme zampogna-piffaro, ou encore en
Afrique du Nord avec la raïta qui est associée à une variété primitive de
cornemuse. Dans les bagadoù d'aujourd'hui, où les cornemuses et les caisses
claires ont été empruntées aux Ecossais, la bombarde donne la note
spécifiquement bretonne. Alliance avec le pibroch oblige, elle est accordée
en si-bémol.
En breton l'instrument s'appelle ar vombard ou an talabard.
Un joueur de bombarde s'appelle un talabarder



Le pupitre batterie et percussions
L’ensemble batterie et percussions du Bagad de Lann-Bihoué se compose de
différents éléments :
- les caisses-claires utilisées sont originaires des pipe-bands écossais.
Elles se composent d’un fût avec une peau de frappe sur le dessus
et une deuxième peau de résonance dans le fond. Deux timbres
(fils d’acier tendus sur la peau) donnent à ces caisses un son particulier
et plus métallique que la caisse-claire de jazz.
- les ténors sont des tambours dépourvus de timbres qui produisent un son
doux et moelleux. Ils ont pour but avec la basse (ou grosse caisse) d’amplifier
et enrichir le volume sonore des caisses-claires et servent également de
support rythmique pour l’ensemble. Ces trois principaux éléments sont
complétés par d’autres percussions telles que les toms, les congas, les
cymbales ce qui permet d’étoffer le pupitre. Les batteries et percussions
ont une grande importance au sein du Bagad car elles définissent le rythme
des différents airs.
Un joueur de tambour et, par extension, de caisse claire s'appelle un
tambouliner.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
le bagad
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE BAGAD DE MORLAIX FËTE SON 30ème anniversaire
» Spectacle du bagad de Lorient
» 30 bagad de Lorient
» Bagad de Quimper
» chemin de Cadoudal (Lokoal-Mendon)....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Notre Bretagne accueillante :: le forum :: histoire et légendes de la Bretagne-
Sauter vers: